MINUTE MA BELLE

60 secondes dans l'intimité d'un sac de fille (et d'un gars aussi)

Dans le sac de Laure Calamy

Sur la terrasse du Publicis Drugstore, le Festival des Champs-Elysées célèbre le cinéma Américain. Cette année, des concerts sont organisés et la chanteuse Juliette Armamet était là ce soir. A son piano, elle chante et sidère tous les spectateurs présents. Un peu plus tôt dans la soirée, je flashais sur le petit panier en osier de la journaliste Lisa Vignoli qui écrit dans le magazine Grazia. Elle a signé le portrait de Laeticia Hallyday et celui de Sophie Fontanel. Vers minuit, après le concert de Juliette, Lisa vient me voir et glisse au creux de mon oreille « regarde, c’est Laure Calamy, tu devrais vider son sac, elle génial ». Laure, je l’adore. Découverte dans les films de la bande à Vincent Macaigne, on l’a vu dans la série 10 pour cent. Elle a la particularité de jouer dans tous les registres. De la comédie populaire, au film d’auteur en passant par des pièces du Théâtre publique comme bientôt celle mise en scène par Olivier Py. Un peu tremblante, je l’accoste et lui demande « salut Laure, j’aimerais vider ton sac. » Je suis crevée mais d’accord! Cette actrice a trois films à l’affiche, AVA, Embrasse moi et Bonheur Académie. Mais qu’est-ce qui se cache dans son sac?